Bucarest, Roumanie

Première fois pour moi. C'est toujours plus amusant de croiser une bonne occasion d'aller voir un pays inconnu. Cette fois-ci il s'agit de films d'animation et du festival Anim'Est.

Premier jour sous la pluie battante, la ville révèle jalousement quelques belles demeures enchoucroutées flanquées de grands immeubles soviétiques.
L'endroit où se passent les soirées du festival est assez fou. Vieille baraque bourgeoise dont on remarque a peine la façade depuis la rue, crasseuse et fenêtres barrées de planches, à peine restaurée et régulièrement infestée d'artistes, d'expos, de projections et de concerts en tout genres. L'histoire de cette grande demeure est assez représentative de l'histoire avec un grand H. D'abord propriété d'une grande famille aisée roumaine (on le constate en voyant les restes de boiseries sombres dans l'entrée, les immenses plafonds ouvragés), construite au début du 20eme siècle, elle est ensuite retirée à ses propriétaires au moment de l'arrivée du pouvoir soviétique. Vers le début des années 2000, après avoir été propriété de l'état pendant la période qui suivit la révolution de décembre 1989, les immeubles et maisons sont restitués à leurs propriétaires, souvent trop peu argentés pour pouvoir assumer les travaux de rénovation nécessaires

Je rencontre deux étudiants en cinéma, Radu et Laura, franchement sympathiques, qui m'emmènent voir deux autres grandes maisons également réinvesties en bar-restau-lieu artistique. Parfois ils refont tout, mais parfois ils les gardent en l'état, avec les vieilles peintures murales encore présentes à certains endroits, dans le genre papier peint mais peintes directement sur l'enduit (assez sombre comme rendu), les vieux poêles recouverts d'émail ouvragé, les vieux parquets noircis par le temps. C'est hype, certes, mais c'est beau (bobo).
L'auberge de jeunesse dans laquelle je loge est encore une de ces superbes demeures bourgeoises, sans jardin mais le long de laquelle passe une cour longue et pavée, et sur le mur du bâtiment d'à coté pousse une charmante vigne vierge. L'intérieur est restauré avec goût - enfin, tout est subjectif, mais ya du beau parquet, et ça je kiffe.